La tanière du Shaman

UWISHIN – parce que le chamanisme nous sortira de la crise

   mai 07

Shamanisme Shuar (chamanisme améridien)

Nous avons remarqué combien les mythes et les messages qu’ils contiennent sont les fondements et la trame de tous les événements importants de la vie des indiens shuars. Ils sont le modèle à partir duquel s’élaborent les rites qui ponctuent leur vie sociale, puisque cette dernière inclut dans son champ d’action les êtres humains et les esprits, le visible et l’invisible. Et les moyens de prendre contact avec ces derniers, les règles nécessaires à l’obtention de cette rencontre et leurs conséquences sont explicités clairement dans toute la mythologie. Le chaman, comme les autres, les exprime, les actualise à travers son initiation et le déroulement précis des rites de guérison, comme autant de mode d’emploi, de recettes appliquées avec méthode. Ainsi, sa pratique est normalement le reflet de celle de Tsunki, le premier chaman, celui qui à l’origine, enseigna aux jivaros à se servir des esprits-serviteurs, forces surnaturelles principales utilisées par le guérisseur dans la pratique de sa fonction.
En effet, Tsunki, divinité de l’eau, fait lui-même partie des esprits protecteurs et apparaît dans les visions de ceux qui recherchent la guérison et la fécondité.Il vit dans une maison sous l’eau, dont les murs sont fait d’anacondas se tenant à la verticale comme des fûts de palmier ; il se sert d’une tortue comme tabouret , on le décrit comme un homme à la peau blanche, aux cheveux longs mais il est aussi capable de se transformer en anaconda. La mythologie explique aussi que celui qui obtient la protection de Tsunki se transforme en un familier de cet esprit et peut s’identifier à lui c’est à dire guérir les maladies de la même manière que la sienne.
Mais chez les Shuars, le mot chaman ne représente rien. Ils utilisent le terme  » uwishin tsuakratin  » : guérisseur qui a appris lors de son initiation à retirer du corps du malade des flèches maléfiques envoyées par un uwishin wawékratin, terme que les missionnaires ont traduit par sorcier et que les chamans que j’ai rencontré nomment  » mauvais  » ou  » mauvais uwishin « . Actuellement, le Conseil des Sages de la Médecine Traditionnelle Shuar définit l’Uwishin comme un  » harmonisateur « , « celui qui harmonise les hommes et le cosmos « .
Les chamans possèdent des flèches magiques ou tsentsak qui sont, en fait, des esprits, visibles seulement lors de la transe, après ingestion de l’hallucinogène. Ces esprits ont chacun une forme zoomorphique bien particulière (papillon géant, jaguar, singe) et fournissent au thérapeute une assistance active. Le chaman, gardien des flèches magiques, les conserve dans son estomac, dans une bave ou un flegme, c’est à dire une substance brillante. Chaque sorte de tsentsak ou esprit serviteur nage dans sa propre bave ou matrice personnelle que le chaman obtient lors de son initiation. Ce dernier ne pourra enlever une flèche du corps d’un malade que s’il possède la flèche homonyme, analogue, donc la bave ou matrice correspondante. Les flèches conservées dans son estomac l’appellent  » Père  » ; elles sont rendues amoureuses par son chant et accomplissent alors leur mission d’aide en lui permettant de décoller celle
introduite dans le malade par un chaman ennemi, et à l’origine de la maladie.Tsunki a donné les flèches pour guérir mais les sorciers les
utilisent pour faire le mal, trahissant leur mission. C’est pourquoi les chamans qui veulent être de bons chamans, des guérisseurs,
doivent être attentifs à ne pas laisser échapper leurs flèches car elles peuvent blesser toute personne qui ne possèdent pas la  » bave
correspondante « , mais personne ne peut ensorceler Tsunki parce qu’il possède toutes les baves correspondantes.

Faites tourner !

You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0 feed. You can leave a response, or trackback from your own site.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>