uwishin: la tanière du shaman. Site sur les chamans et le shamanisme, shaman et transe, hallucinations et guérison
 

La tanière du Shaman

UWISHIN – parce que le chamanisme nous sortira de la crise

   sept 01

Interview

INTERVIEW de Julien Stephan, auteur du roman UWISHIN, par Audrey WilliamsCette interview est parue dans la tribune littéraire de la revue Scribe Masqué de septembre 2009.


1) Pouvez-vous nous préciser quand et comment s’est passée votre rencontre avec Thierry ROLLET et les éditions Masque d’Or ?
Suite à un concours de roman par les éditions Masque d’Or, où mon roman Uwishin a été retenu.



2) Avez-vous déjà publié ou s’agit-il de votre premier roman ?

C’est le premier roman que je publie. J’ai publié des poèmes, textes et courtes pièces.


3) Quelles sont vos préférences littéraires ? Vos lectures préférées ?
Je suis un livrovore, je mange de tout. En romans, j’avoue un faible pour les récits historiques bien documentés. Mais ce que je préfère, c’est me faire surprendre, vous savez ce livre inconnu qui traînait chez le bouquiniste et qu’on prend parce qu’on a plus rien à lire, dont on lit trois pages et qu’on pose à côté du lit avant de s’endormir et passer à autre chose. On le retrouve deux ans plus tard et on se dit allez, c’était peut-être pas si mal. On le retente et là, au détour de la trentième page, on se fait mordre… Une remarque d’un personnage, un détour de l’intrigue, une intervention de l’auteur… Il se passe quelque chose, il y a quelque chose à découvrir dans ce livre. J’adore ce moment, j’adore les livres qui me procurent cette excitation d’avoir trouvé une perle cachée.



4) En lisant Uwishin, on a l’impression que vous êtes un grand voyageur. Connaissez-vous bien la tribu dont vous parlez ? Sinon, d’où tenez-vous votre documentation ?

J’adore voyager, c’est vrai. J’aime particulièrement découvrir les personnes, les vies, au-delà des monuments. La tribu dont il est question dans le roman Uwishin est totalement isolée (et c’est très bien ainsi). Je ne l’ai pas rencontrée, mais je l’ai beaucoup étudiée, ainsi que les avoisinantes. C’est important je crois de soulever la richesse qu’apporte le fait de considérer d’autres croyances et pratiques que les siennes. Je trouve cela même particulièrement valable quand il s’agit de tribus de centaines d’âmes. Mais approcher ces tribus, c’est les détruire doucement. Les observer de loin et en parler est une manière de leur prouver mon estime.



5) Comment pourrait-on résumer la personnalité de Shakaim ? Est-il aussi naïf qu’il en a l’air ou est-ce un sage incompris ?

Entre le naïf et le sage, il y a la plupart de l’humanité, et c’est à peu près là qu’il se situe. Cela dit, sa position entre naïf et sage évolue au court du roman, toutes ces aventures qui lui arrivent et les personnalités charismatiques qu’il rencontre laissent leur marque en lui. Shakaim prend la vie telle qu’elle vient, sans chercher à la prévoir, en cela il n’est pas un sage ; mais il finit par voir clair au fond de ceux qui l’entourent, en cela il n’est pas naïf.



6) Peut-on parler de choc des civilisations et des cultures dans votre roman ?

Non, je dirais même au contraire. On se rend compte qu’une tribu d’Amérindiens peut se comporter de la même manière que des habitants d’une ville moderne. Un groupe d’humains reste un groupe d’humains, dans ses attentes immédiates, ses accès de folie, sa courte mémoire. La différence est-elle si grande entre un shaman qui devant sa tribu, autour du feu, entre en transe et libère la nervosité de ceux de sa tribu qui l’écoutent, et un Michael Jackson soulageant ses fans de leurs angoisses le temps d’un de ses concerts, car ils ne pensent plus à leur travail ou à leurs problèmes ?
Une fois qu’on a retiré les panneaux publicitaires, les habits, les lances, le travail, sommes-nous si différents dans nos manières d’avoir peur, nos pressentiments, nos maux, nos pulsions, notre besoin des autres ?



7) Votre roman s’inspire-t-il d’une histoire vraie ou est-il totalement inventé ?

Il s’inspire d’un rêve que j’ai fait la nuit suivant un repas de Noël, en cela on peut la considérer vraie ou inventée.



8) Voulez-vous délivrer une sorte de message aux lecteurs en montrant Shakaim réduit au rôle de produit publicitaire dans ce roman ?

Ce n’est pas le message que j’ai voulu faire passer en particulier, mais il est présent de fait. Il n’y a qu’à marcher dans la rue d’une grande ville pour se rendre compte à quel point toute bonne idée ou « végétal aux vertus bénéfiques » est transformé en « produit publicitaire », comme vous dites. On en perd beaucoup de simplicité, et je ne vois rien de mal dans la simplicité.



9) Shakaim sort de cette aventure plus averti, dirait-on. Mais est-ce tout ce que l’on peut dire de ce personnage ? N’y a-t-il pas une sorte de fatalisme en lui-même ?

Il est fataliste de nature, c’est vrai. Mais il prend jour après jour le contrôle de sa destinée, y compris en s’éloignant de la voie qui avait été tracée pour lui, et ce n’est pas facile… L’opposition est tellement insidieuse et oppressante qu’il n’a pas toujours la lucidité ou le courage de l’affronter. Ces deux vertus vont grandir en lui à force de devoir combattre.



10) Le mot de la fin sera…?

Que considérer les voies shamaniques a un intérêt, même pour l’humain urbain du 21ème siècle. Elles ne sont contradictoires ni avec les religions, ni avec la médecine moderne. Il y a un art de faire vivre le corps et l’esprit en bonne entente, et d’ainsi guérir simplement et sans médicament les maux de tête, de ventre, de dos, vertiges et autres. Découvrez les fondements de cet art au milieu d’un roman exotique et énergique : Uwishin.


Pour savoir comment commander le roman, cliquez ici !

Faites tourner !

2 Comments

  1. [...] ne chasse pas. Plus loin dans le chamanisme ? Tentez la dernière interview sur le roman Uwishin en cliquant ici, ou commandez le roman. Et à bientôt pour le prochain [...]

  2. [...] This post was Twitted by chamanisme [...]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>